Actualités

Algérie-Nigeria : "volonté" de redynamiser les relations bilatérales


ALGER- L'Algérie et le Nigéria ont exprimé leur "volonté" de redynamiser les relations bilatérales et de "densifier" leur coopération dans les différents domaines, à l'occasion de la séance de travail ayant réuni samedi à Alger, les ministres des Affaires étrangères, M. Abdelkader Messahel et son homologue nigérian, Geoffrey Onyeama.

"Nous aimerions vraiment renforcer nos relations à tous les plans, notamment en matière de sécurité, de gouvernance, d'économie et d'infrastructures", a indiqué M. Onyeama dans une déclaration à la presse à l'issue de sa réunion avec M. Messahel.

Il a plaidé, à ce propos, pour la réactivation de la Haute commission bilatérale de coopération entre les deux pays. "Nous allons voir avec nos chefs d'Etat la possibilité de réorganiser la structure de ce comité mixte pour traiter toutes les questions et les objectifs que nous cherchons pour se rapprocher davantage et établir une coopération gagnant-gagnant", a-t-il expliqué. Onyeama a ajouté que sa rencontre avec M. Messahel avait porté également sur la concertation politique entre les deux pays au niveau continental et international, en vue de prendre des "positions communes" aussi bien au sein de l'Union africaine (UA) qu'aux Nations unies.

"Les questions sécuritaires et la lutte contre le terrorisme ont été également évoquées, vu que les deux pays sont confrontés au terrorisme", a-t-il ajouté, soulignant l'importance d'échanger les expériences en la matière.

Au plan économique, le ministre nigérian a précisé que les discussions ont permis d'évoquer les projets de gazoduc, la route transsaharienne et celui de la fibre optique devant relier les deux pays, les considérant de "très importants" pour le renforcement de la coopération bilatérale. Des projets qui "entrent dans cette vision d'une Afrique plus intégrée à même de faciliter la coopération pour le développement du continent", a-t-il dit.

Pour sa part, M. Messahel a affirmé que sa réunion avec son homologue nigérian a été "très importante et fructueuse, dans la mesure où elle a permis aux deux parties de faire une large évaluation de la coopération bilatérale".

"Nous avons passé en revue pratiquement toute la coopération, notamment, dans ses aspects juridiques", a-t-il affirmé, rappelant l'existence de "plus de vingt accords qui lient les deux pays". "Il est temps de mettre en œuvre tout ce qui a été décidé par les chefs d'Etat des deux pays", a-t-il souligné.

Évoquant la Haute commission bilatérale de coopération, M. Messahel a expliqué que les deux pays allaient "repenser le format de cette grande commission mixte".

Il a relevé à cet égard, qu'il s'agit d'"une volonté partagée de donner un aspect particulier à la coopération bilatérale algéro-nigériane".

Messahel a indiqué, en outre, que la réunion a été une occasion pour évoquer "les projets structurants qui lient l'Algérie au Nigéria, à l'exemple du gazoduc, ou la transsaharienne qui a enregistré des avancées".

Dans le même contexte, le ministre des Affaires étrangères a fait part d'autres perspectives de coopération économique entre l'Algérie et le Nigéria, précisant que "des rencontres ont déjà eu lieu dans ce cadre, et des accords ont été signés entre les chambres de commerce des deux pays, outre les visites effectuées de part et d'autre par les hommes d'affaires des deux pays, l'objectif étant de créer cette densité des relations entre les deux pays", a-t-il fait valoir.

Par ailleurs, les deux parties ont "discuté de la situation au plan régional du fait, notamment, que les deux pays partagent le même espace et qui font face à des défis communs en ce qui concerne la sécurité, et face à la migration et le trafic en tous genres", a-t-il indiqué. "Là aussi, une grande coordination est en train de se mettre en place entre l'Algérie et le Nigéria", a-t-il précisé.

Au plan continental, M. Messahel a indiqué avoir discuté avec son homologue nigérian de "la question du Sahara Occidental, le Sud-Soudan, le conflit en Libye et la situation au Mali", mettant en avant une "convergence de vues sur ces questions, et une coordination qui doit se faire en marge du prochain sommet de l'UA".

Au plan international les discussions ont porté sur "la situation dans le monde arabe aussi bien en Syrie, qu'au Yémen ou en Irak", a-t-il ajouté.

"L'Algérie et le Nigeria, à chaque fois qu'il y a une occasion, nous nous concertons et nous nous échangeons les points de vues et nous agissons ensemble, et c'est ce qui est important", a souligné le ministre des Affaires étrangères.