Actualités

Les questions de paix et de sécurité dans la région et la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme, priorités de la diplomatie algérienne

ALGER - Le nouveau ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a indiqué vendredi à Alger que les questions de paix et de sécurité dans la région et la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme seraient en tête des priorités de la diplomatie algérienne qui continuera à défendre l'Algérie et ses intérêts.

"Les priorités de la diplomatie algérienne seront la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme et les questions de paix et de sécurité dans la région, des dossiers importants à l'ordre du jour de l'Organisation des Nations Unies et de l'Union africaine, voire au niveau des ensembles régionaux arabes et européens", a précisé M. Messahel dans une déclaration à la presse à l'issue de la cérémonie de passation de pouvoirs avec son prédécesseur, Ramtane Lamamra.

"La défense de l'Algérie restera une priorité", a-t-il ajouté, soulignant que "parler au nom de l'Algérie dans les fora internationaux est à la fois un grand honneur et une responsabilité de taille".

Le ministre a adressé ses remerciements au président de la République pour la confiance qu'il a une nouvelle fois placée en lui.

"J'adresse également mes remerciements à mon ami et collègue de 38 ans au ministère des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra", a ajouté M. Messahel, saluant les réalisations de M. Lamamra à la tête de ce ministère "dans une conjoncture marquée par de nombreuses difficultés".

Le travail "se poursuivra sous l'égide du président de la République qui est le premier diplomate et avec le concours des cadres hautement compétents et chevronnés et de la nouvelle génération qui aura le privilège de prendre le flambeau pour s'acquitter de son devoir comme nous l'avons fait avant eux", a souligné M. Messahel.

M. Lamamra a, pour sa part, exprimé sa gratitude au président de la République pour "la confiance" qu'il a placée en lui en le nommant ministre des Affaires étrangères et pour son soutien dans l'accomplissement de sa mission à la tête de ce département ministériel.

M. Lamamra a également salué l'ensemble des cadres du ministère exerçant au sein des structures de l'administration centrale ou les représentations diplomatiques et consulaires à travers le monde, ajoutant qu'il avait bénéficié "de la collaboration, de la coordination et de la conjugaison des efforts avec mon frère et collègue Abdelkader Messahel lors de l'accomplissement de cette mission".

A ce titre, M. Lamamra affirme qu'il avait bénéficié de la même relation personnelle avec M. Messahel au cours de son parcours professionnel, soit dans les divers postes ou au sein des fora internationaux, en vue de porter haut la voix de l'Algérie et de défendre ses principes et intérêts.

M. Lamamra a également affirmé que l'avenir de la diplomatie algérienne sous la direction du président de la République "est entre de bonnes mains, en occurrence, le ministre Abdelkader Messahel qui vient juste d'être investi de cette mission qu'il est en mesure de remplir. Je lui souhaite ainsi que pour ensemble des collègues plein et franc succès".

M. Lamamra a, en outre, indiqué qu'il était issu de ce ministère et qu'il était l'un des cadres de l'Etat.

"Nous sommes, à l'instar de nos djounouds et de nos éléments des autres corps de sécurité qui se trouvent dans les diverses régions de notre vaste pays, toujours au service de l'Algérie", a-t-il souligné avant d'ajouter " nous avons une dette envers l'Algérie qui nous a formés et nous a offert de grandes opportunités, parmi lesquelles, l'honneur de représenter le peuple algérien dans les fora internationaux, faire entendre la voix de l'Algérie, une voix à la hauteur des sacrifices des valeureux chouhada, et des efforts de l'Algérie en faveur de la libération du continent africain, ainsi que ses positions audacieuses et de principe en faveur de toutes les causes justes. Face à la grandeur de la tâche, il n'est point de place aux sentiments personnelles ou conjoncturels".