Actualités

Ouyahia évoque l’état des projets d’infrastructures dont l’UA a chargé le Président Bouteflika de faire la promotion


ADDIS-ABEBA- Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a évoqué samedi à Addis-Abeba l’état des projets d’infrastructures continentales dont l’Union africaine (UA) a chargé le président de la République Abdelaziz Bouteflika de faire promotion, notamment l’autoroute transsaharienne et la dorsale transsaharienne en fibre optique.

S’exprimant en sa qualité de représentant du Président Bouteflika au sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, prévu dimanche et lundi à Addis-Abeba, M. Ouyahia, qui intervenait devant la 36e session le sommet du comité d’orientation du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), a partagé avec les membres du NEPAD des informations sur l’état des projets d’infrastructures continentales dont l’UA a chargé le Président Bouteflika de faire promotion, le chef de l’Etat étant un des initiateurs de ce mécanisme.

Il a indiqué au sujet de l’autoroute transsaharienne que son axe central "est en voie d’achèvement", précisant que le tronçon entre Assamaka et Arlit au Niger "est en cours de travaux après que son financement ait été mobilisé grâce à un effort de l’Algérie et du Niger auprès des bailleurs de fonds extra africains". Pour ce qui est du reste de cette route entre Alger et Lagos, il a précisé qu’elle "est déjà entièrement bitumée".

Ouyahia a indiqué, en outre, que l’Algérie "va accompagner le Mali dans ses démarches auprès des bailleurs de fonds pour le financement de la branche malienne de l’autoroute transsaharienne", affirmant que le tronçon tchadien de cette infrastructure entre N’djamena et la frontière nigérienne "est en cours de travaux graduels sur des financements mobilisés hors continent".

Il a fait savoir aussi que la branche tunisienne vers l’autoroute transaharienne "est déjà finalisée".

Abordant la dorsale transaharienne en fibre optique d’une longueur de 4 350 km, il a indiqué que ce projet "connait des avancées substantielles", faisant remarquer qu’en Algérie, "un tronçon de 2 650 km traversant le pays du Nord au Sud a déjà été achevé".

Évoquant le Niger qui sera traversé par 900 km de cette dorsale, M. Ouyahia a fait savoir que "toutes les phases techniques préparatoires ont été réalisées et un comité de gestion du projet est déjà à pied d’œuvre".

"Grâce aux démarches conjointes de l’Algérie et du Niger, la Banque africaine de développement a approuvé un financement de 44 millions d’euros pour la réalisation du segment nigérien", a soutenu M. Ouyahia.

S’agissant du Nigeria, le Premier ministre a indiqué que le projet "ne manquera pas d’avancer, même si un léger retard a été enregistré du fait du changement de l’instance en charge de ce dossier", ajoutant que le Tchad et le Mali "ont également rejoint le projet de la dorsale transsaharienne en fibre optique".



=L’Algérie plaide avec conviction pour la préservation du NEPAD=



Sur un autre registre, M. Ouyahia a affirmé que l’Algérie "plaide avec conviction pour la préservation du NEPAD dans le cadre de la réforme de l’UA qui est en cours de discussion, soulignant, à cet effet, que l’Algérie "fait sienne les recommandations du Comité de pilotage du NEAD qui ont souligné l’utilité de ce mécanisme pour la poursuite de l’émancipation économique de notre continent".

En ce sens, M. Ouyahia a appelé à "travailler et à renforcer la coordination entre le NEPAD et la Commission de l’UA et à veiller à ce que le sommet de l’UA enrichisse et oriente davantage les propositions et les recommandations du NEPAD".

"Gardons cet instrument si précieux pour notre continent dans ses plaidoirie auprès de ses partenaires extérieurs", a lancé le Premier ministre à l’assistance.

Dans ce sillage M. Ouyahia a rappelé que "c’est le NEPAD qui a abrité la réflexion des chefs d’Etat autour d’une vision africaine du développement collectif, enrichie et formalisée par le sommet de l’UA".

"Cette approche du développement de l’Afrique conçue et promue par les Africains a permis à notre grande famille de porter devant ses partenaires un projet pour lequel leur appui a été sollicité", a ajouté M. Ouyahia, rappelant aussi que "c’est le NEPAD, mandaté par l’UA, qui a plaidé la cause du continent au G8".