Imprimer la page

Discours du Ministre des affaires étrangères M. Lawrence Cannon

 

Chers amis,

C’est un plaisir de rencontrer autant de représentants d’entreprises canadiennes et algériennes. Je sais que vous travaillez ensemble quotidiennement. Vous représentez un partenariat actif et dynamique bénéfique aux peuples Canadien et Algérien.

Ils incarnent ce partenariat actif et dynamique puisque plusieurs d’entre eux ont été les pionniers de celui-ci et continuent à s’y investir totalement.

En cette période d’instabilité économique mondiale, il est rassurant pour le Canada, alors que le monde entier s’affaire à remettre le système financier international sur des bases stables, de compter sur l’Algérie.

Un partenaire solide, un allié, un complice avec lequel nous avons patiemment bâti au cours des dernières décennies, avec entre autres le concours des entrepreneurs, une relation unique qui fait l’envie de plusieurs.

Dès les premiers mois après son indépendance, l’Algérie a su trouver à ses côtés un Canada engagé résolument pour l’épauler dans ses aspirations à bâtir un pays digne, moderne et prospère.

Aujourd’hui le Canada est présent dans plusieurs secteurs d’activités en Algérie, tout comme l’Algérie l’est de plus en plus au Canada.

Si aujourd’hui nous pouvons à bien des égards exprimer une grande satisfaction quant à nos relations bilatérales, nous le devons à la vision juste des gens d’affaires, de professeurs, de médecins et de bien d’autres qui, souvent anonymes, des deux côtés de l’Atlantique, croyaient en leurs rêves.

Parmi ceux-ci, je suis fier de souligner le rôle central qu’a joué le Gouvernement du Canada à appuyer l’émergence de l’Algérie moderne, à travers l’Agence canadienne de développement international.

The Agency has invested millions of dollars in Algeria. Its programs have allowed Algeria to acquire new expertise, create commercial partnerships and assist the most vulnerable segments of the population.

Today, in the context of accelerated development in Algeria, CIDA supports private-sector development through professional training and strengthening of civil society.

Relations between Canada and Algeria represent for our fellow citizens, business people and others a value-added, a win-win partnership politically, commercially and culturally.

Prime Minister Harper has recently met with President Bouteflika [ Boutéflika ] at the Francophonie Summit in Quebec City to discuss the world financial crisis and bilateral issues.

More than 50,000 Algerians have chosen to settle in Canada and to become Canadians, in particular in and around Montreal. They chose, in their own way, to seize the opportunity offered to them by Canada, while preserving their roots and becoming notable ambassadors of Algeria in Canada.

We have warmly welcomed them and many of them now hold positions of responsibility in our universities, research centres and cutting-edge industries.

Je suis heureux que chaque année, plusieurs milliers d’Algériens empruntent la même voie et choisissent de bâtir avec nous un Canada prospère et compétitif sur la scène internationale.

Dans cette veine, le gouvernement du Canada s’engage à travailler de concert avec les provinces pour faciliter la reconnaissance des titres de compétence étrangers et accroître les programmes d’établissement des immigrants.

J’ai moi-même paraphé l’accord aérien entre le Canada et l’Algérie qui facilite les échanges entre nos pays.

Air Algérie a d’ailleurs établi une liaison aérienne entre Alger et Montréal, la première en Amérique du Nord.

Le Canada et l’Algérie sont également des superpuissances énergétiques dans leur région respective.

L’énergie se trouve au cœur de notre commerce bilatéral qui a dépassé cinq (5) milliards de dollars en 2007, et qui a fait de l’Algérie le premier partenaire commercial du Canada en Afrique et au Moyen-Orient.

À cet égard, la collaboration avec l’Algérie est dynamique, par exemple au niveau des technologies de pointe d’exploitation plus efficaces et écologiques.

L’Algérie contribue à la sécurité énergétique du Canada en assurant l’approvisionnement pétrolier d’une partie de l’Est du pays.

Pour leur part, les sociétés canadiennes ont reconnu le formidable potentiel du secteur énergétique algérien en y investissant, fort de leur leadership technologique et de leur dynamisme.

Il y a devant nous un potentiel extraordinaire et un vaste espace économique à conquérir.

A cet égard, mon collègue le Ministre des Affaires étrangères d’Algérie, M. Mourad Medelci, disait lors d’une récente rencontre de l’Alliance d’affaires Canada-.

A L’Algérie, pays ami du Canada avec qui nous entretenons des relations commerciales, économiques et politiques solides, souhaite voir s’intensifier et se multiplier les partenariats d’affaires canado-algériens capables de contribuer efficacement au développement accéléré de notre pays.

Je vous invite à prendre le ministre Medelci au mot, comme plusieurs entreprises canadiennes l’ont déjà fait puisque près 70 d’entre elles, tous secteurs confondus, s’affairent en Algérie grâce aux milliards de dollars de contrats engrangés au cours des dernières années.

Les investissements canadiens génèrent une valeur ajoutée appréciable pour l’Algérie par la création d’emplois de qualité, les transferts technologiques, la formation continue et les investissements durables dans l’économie algérienne.

Les institutions d’enseignement sont également actives dans le champ de la formation et du transfert de connaissances et de compétences, et de la coopération internationale. Elles tracent ainsi la voie aux PME canadiennes qui s’intéressent à ce marché en pleine expansion.

Nous sommes bien conscients ici au Canada que l’influence de l’Algérie dépasse largement ses frontières nationales, et qu’Alger est devenue un acteur incontournable sur les échiquiers européen et méditerranéen.

L’accord de coopération économique entre l’Algérie et l’Union européenne ainsi que l’intégration de l’Algérie au sein de l’Union pour la Méditerranée le montrent bien.

L’Algérie peut donc servir de porte d’entrée sur les marchés européens. S’inspirant de sa propre expérience au sein de l’Accord de libre-échange nord-américain, le Canada encourage la création d’un marché maghrébin unique dans lequel les marchandises, les services et les personnes circuleraient de manière plus fluide.

Il s’agit d’un atout pour les entreprises et les investisseurs canadiens. L’Algérie jouit d’une situation financière enviable qui lui permet d’investir dans le développement de ses infrastructures et les services à la population.

Les communautés d’affaires canadienne et algérienne doivent se tenir prêtes à appuyer les efforts des autorités algériennes pour relancer l’économie du pays.

Je sais que le gouvernement algérien trace présentement les grandes lignes de ce que pourrait être le prochain plan de soutien à la relance économique du pays pour la période 2009-2013.

L’expertise et au savoir-faire canadien peuvent contribuer à la réalisation de ce plan. Le milieu des affaires canadien doit donc saisir cette occasion unique qui se présente à lui pour répondre favorablement à l’appel de nos amis algériens qui souhaitent intensifier les partenariats structurants avec le Canada.

Canada appreciates Algeria’s willingness to diversify its economy and to integrate to the global economy.

This can only facilitate our commercial exchanges and increase our partnership links.

Therefore, Canada supports efforts from Algeria to become a member of the World Trade Organization (WTO).

To that end, work has begun to freeform the Commercial Code, the privatization of State enterprises and fiscal incentives for foreign investors.

Le Canada se réjouit aussi que le programme de réformes mis de l’avant par les autorités algériennes contienne une diminution des tarifs douaniers afin de promouvoir l’ouverture totale du commerce extérieur.

Réformes, croissance économique, gestion efficace des deniers publics, projets d’infrastructure majeurs, émergence en Algérie d’un secteur privé dynamique, voilà des ingrédients indispensables au succès de vos projets de partenariat.

Les ingrédients sont réunis. Il nous reste, chers amis, à les appliquer à une recette de développement et de coopération économique bénéfique à nos deux pays.

Merci.



                                                                                                                  


Ambassade d'Algérie à Ottawa  ® copyright 2006